Skip to content

Monomanie passagère

Puisque certains ont pris un tout petit peu de retard sur leurs cours d’histoire des musiques populaires (et du coup, sur leur cours d’histoire de la musique tout court), et que les mêmes semblent manquer du plus élémentaire sens du groove.
3409364883_42a8646b98_b22Et puisque j’ai peu de temps pour expliquer en quoi ces musiques là sont un appel à la synthèse généralisée d’une esthétique de la raison ET d’une esthétique physiologique.
Puisqu’en tous cas, la Culture semble avoir oublié le corps en chemin (et on rappellera que c’est fort dommage, dans la mesure où il est tout de même fort probable que nous ne soyons rien d’autre que cela).

Une petite carte pour s’y retrouver, et constater que bien que, comme nous le rappelle utilement Ferry « tout le monde meurt », il est peu fréquent, en revanche, de dépasser sa propre mort. Avoir créé demeure un bon moyen. Permettre aux autres de le faire à leur tour en est un autre. On rappellera que, chez Kant, c’est ce qu’on appelle le génie.

Ethan Hein crée des métacartes, ici axées sur l’utilisation des samples de Michael Jackson. L’objet n’est pas sans intérêt (on cerne mieux ici la fertilité de cette source), la forme l’est aussi : la manière dont les oeuvres réfèrent les unes aux autres réclame sans doute ce type de cartographie pour entamer une exploration.

Ces cartes peuvent être trouvées ici.

15 Replies to “Monomanie passagère”

  1. Allez, il ne sera pas dit que je n’aurai pas fait un effort pour me mettre au diapason de la connerie ambiante… All together now : « Mauvais, je suis mauvais… »

  2. Hmmmm…

    Voila un effort qui transpire un tout petit peu le sarcasme ! Mais c’est un effort néanmoins !

    Bon, « connerie ». Je sais pas.

    Disons qu’il y a une certaine connerie à ne reconnaître que ce niveau de culture. Mais comme cette connerie est due à une méconnaissance, et ce n’est donc pas une connerie, puisque la connerie est le fait de ceux qui savent, et qui osent quand même. Disons qu’on est donc, au pire, en ce moment, confronté à une énorme naïveté mondiale. En même temps, on rappelera que cette manière que peuvent avoir, parfois, les gens de se réunir sans volonté de représentation, d’être simplement ensemble dans la joie, est la définition que donnait Rousseau de l’instant artistique. Et insidieusement, on rajoutera que c’est une conception à laquelle Kant lui même se rattachait.
    A l’opposé, je me demande ce qui motive, ce qui justifie, et ce que vaut cette certitude voulant voir dans cette culture là de la connerie. Et, hmmmm… en fait, je pense assez profondément que ce jugement est tout simplement une erreur.

    Je sais que j’en promets une démonstration plus développée. Patience, ça vient !

  3. Kant ? Je suis certain en effet qu’il aurait interrompu et modifié sa promenade à Königsberg si au lieu de la Révolution française, il avait appris la mort de Michael Jackson. De là, à prétendre qu’il aurait esquissé un moon walk…

  4. Sarcasmes derechef !

    Mais m’est avis que ce n’est pas le jour de la mort de Jackson qu’il aurait détourné ses pas hors de son allée pour aller satisfaire une pulsion scopique qu’on ne lui connait d’ailleurs pas. En revanche, les 10 Août 1979 1er Décembre 1982, il aurait été susceptible de se dérouter de son itinéraire quotidien pour aller faire un tour chez son vendeur de squeud local, pour se procurer ces fameux objets qui feront l’objet d’un accord esthétique cosmopolite et quasi universel (seuls quelques pharisiens, attendant cet accord sous une forme autrement plus héroïque et paradoxalement élitiste, ne reconnaissaient pas cette forme pourtant singulièrement achevée).
    En revanche, je doute qu’il aurait fait partie des millions d’humains posés devant leur écran. Pourtant on assista hier soir à une belle communion des réseaux, diffusant tous en parallèle les mêmes flots, eux mêmes mixture de fric, de promo et de sentiments, parfois sincères, parfois moins. Si on appelle ces sentiments là « connerie », je ne sais trop comment il faudra nommer ces sentiments ci.
    Je n’en dis pas plus, pour ne pas en dévoiler trop. Et j’enlève mes lunettes, afin que la gifle qui ne va pas manquer de voler vers moi ne les brise point !

  5. J’appelle « morale » la dépendance d’une chose à l’égard de Michael Jackson lorsque c’est par la volonté que Michael Jackson en est le fondement, je l’appelle « non morale » dans le cas de toute autre forme de dépendance. Cela posé, lorsque j’affirme que Michael Jackson contient le dernier fondement de la possibilité interne des choses, chacun comprendra facilement que cette dépendance ne peut être que non morale ; en effet, la volonté ne rend aucune chose possible, mais elle décide seulement ce qui est déjà présupposé comme possible. Mais en tant que Michael Jackson contient le fondement de l’existence des choses, je reconnais que cette dépendance est toujours morale, c’est-à-dire que les choses existent parce que Michael Jackson a voulu qu’elles existent.

  6. Pour les lunettes, oui, parfois. Mais pas pour voir mieux. Curieusement, j’ai une vue simultanément très bonne et très fragile, qui rend nécessaire de la protéger. Et, seconde curiosité, les lunettes me font voir encore mieux. Mais j’oublie régulièrement de les porter.
    Quant aux punitions, en fait, je ne me sens pas enclin à me soumettre, ni aux viriles, ni à celles qui ne le sont pas. D’ailleurs, c’est quoi une punition virile ? Le classique coup de poing ? L’attaque successive de points précieusement sélectionnés pour provoquer la mort dans les dix secondes qui viennent, comme chez Bill et Ken le Survivant ? 🙂

  7. Je demeure circonspect face à cette annonce tonitruante de cette prochaine connaissance des méthodes viriles de correction maîtrisées par Michel… Qu’est ce qui permet une telle certitude… Le mystère semble bien épais !!

  8. Rien ne permet une telle « certitude », il n’en s’agissait d’ailleurs pas. C’était juste une allusion, finalement, au fait que je m’en vais voir Michel bientôt, et faire connaissance avec lui. Le mystère que j’ai soulevé est donc, j’espère, tari 🙂

  9. Voila bien un résultat qui ne figurait pas dans le cahier initial de ce blog !

    Pour ce qui est du mystère, quand il s’agit de faire connaissance, ça ne se tarit jamais, il me semble.

    En tous cas, voila ce qui s’appelle traverser la France !

  10. Oui ça ne fait pas une petite traversée, du moins pour mes habitudes !

    J’en suis vraiment content parce qu’en plus d’aller à la rencontre de Michel himself (pour que notre rencontre n’en soit que meilleure, je compte bien emporter mes compiles de Michael Jackson), celui-ci va me faire découvrir, dès qu’il en aura le temps, cette région. Ce serait bien si, vers la fin du mois d’août, tu pouvais passer par hasard par là 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *