Skip to content

Bonté divine

Bonne nouvelle, et mauvaise nouvelle simultanément :

Par faiblesse, et peut être par sadisme aussi, je me suis posé hier devant la défaite de l’équipe de France de foot, devant une équipe d’Afrique du Sud qui jouait sans doute de manière désordonnée, mais qui jouait; peu importe, l’affaire est désormais pliée, du moins pour la partie qui pouvait être un tant soit peu sportive. Plus intéressant que le match, l’interview rapide donnée par une Roselyne Bachelot méconnaissable (elle ne souriait pas), livide, anéantie par la défaite de ceux qu’elle avait pourtant coachée la veille.

Ca a quelque chose de rassurant, tout de même : il y a, à la fin, des choses qui sont capables de rendre des membres du gouvernement livides. Mme Bachelot a même choisi de préciser qu’elle rentrait à Paris le coeur gros, ajoutant qu’elle est désespérée. Rassurant, parce qu’étant donnée l’insouciance avec laquelle la détresse économique d’un nombre tout de même important, et croissant de français était traitée, la manière dont on leur affirme avec le sourire que c’est fini maintenant « le bon temps » (et là, évidemment, tout le monde se regarde en se demandant quand, exactement, ça a été clairement du bon temps), on pouvait craindre d’avoir un gouvernement composé de ministres insensibles.

Mais non, une poignée de millionnaires qui sont incapables de prendre plaisir à un job qui consiste à jouer, ça touche Mme Bachelot. Et elle rentre au pays le coeur gros de ne pas avoir vu ces jeunes gens là qui ont montré clairement, pourtant, qu’ils n’avaient rien d’autre à perdre que de l’argent (puisque rien d’autre ne semble les animer), ne pas avoir fait grimper leur propre fortune encore un peu plus haut dans les sphères simplement inimaginables de leurs gains. Entre nantis, on a de la compassion, parce qu’on sait ce que c’est que ne pas devenir encore un peu plus riche, et ce même si ça n’a sans doute l’air de rien aux yeux des autres, aux yeux de ceux qui n’ont pas d’argent de côté, ceux qui n’ont pas de piste honnête pour en gagner un peu plus, ceux à qui on annonce chaque jour que non seulement leur pouvoir d’achat n’augmentera pas, mais aussi qu’il faudra payer désormais pour tout ce qui jusque là était pris en charge par l’Etat, la défaite coûte à nos sportifs les gains qu’ils ne toucheront finalement pas, et la baisse de leur valeur marchande personnelle sur le marché des échanges de joueurs; même si ça semble être peu payer pour perdre, Mme Bachelot tout comme ceux qui, par le monde, sont riches à ce point là, savent que c’est une douleur, quand on amasse à ce point, que de ne pas amasser davantage encore. Elle le sait bien, elle, puisqu’à sa modeste mesure, elle a du renoncer à être payée plusieurs fois pour n’effectuer qu’un seul travail. Entre floués de l’investissement, on se sert les coudes.

Quelques instants plus tard, Eric Woerth sur Canal, devant un Aphatie toujours autant non réactif (il reste les bras ballants devant les invités, et ne s’indigne que si la corporation des journalistes est attaquée, s’autorisant seul à donner des leçons de déontologie à ses collègues; parfois, il s’indigne des écarts des politiques, mais uniquement dans leur dos : face à eux, sa déférence est sans faille, et quand il a le patron de l’UMP devant lui, ces derniers jours, il ne voit pas quel sujet aborder avec lui, en dehors du foot) précisait que ça n’allait quand même pas tant coûter que ça, de travailler quelques années de plus (sauf que, si, justement, ça va forcément coûter, puisque précisément, ce sont ces années supplémentaires que les salariés n’effectueront pas, pour la simple raison que la plupart ne font déjà pas toutes les années exigées de nos jours; on voit mal comment cela pourrait ne pas se solder par une baisse des pensions, puisque celles ci seront calculées sur une portion plus faible d’années travaillées avant l’âge limite de la retraite; dès lors, quand Woerth hier soir, Kosciusko-Morizet il y a quelques jours, Bertrand dans la foulée, et Sarkozy en permanence affirment la main sur le coeur qu’ils se refusent à toute baisse des pensions, ce qu’il faut comprendre, en fait, c’est qu’il faut refuser toute baisse des revenus des pensionnés actuels, c’est à dire ceux là même sur qui on compte pour la réélection en 2012 (et même s’ils iront sans doute voter avec des gants en latex et un pince-nez, ils voteront quand même pour ce candidat là, qui leur permettra une fois encore de ne pas prendre leurs responsabilités, préférant que ce soit la suivante qui paie leur retraite quand eux mêmes n’auront finalement souvent cotisé que pour eux mêmes, avec en prime la bonne conscience de ceux qui pensent avoir souffert, leur vie durant), et payer cela au prix d’une baisse considérable des électeurs de demain (mais peu importe : ce qu’on vise, c’est le présent; ça fait bien longtemps que la politique ne consiste plus à prévoir). Quand il annonce ce genre de trucs, Woerth a le sourire de ceux qui écrasent le faible en sachant qu’ils ont le droit pour eux. On a déjà vu la scène dans des milliers de téléfilms américains à deux balles. Sa proposition politique ne vaut pas mieux, mais il faut reconnaître qu’elle ne rencontre pas de véritable opposition, et pour cause : s’y opposer, ça signifierait commencer à questionner nos parents, qui nous ont appris que justement, on ne questionne pas ses parents qui goûtent leur retraite durement acquise. Autant dire qu’on n’est pas prêts à mener cette guerre là, parce qu’à un goût mesuré pour la lutte, il faudra ajouter le peu d’envie que nous avons de jouer les salauds, en remettant en question les beaux placements qu’ont fait pour leurs vieux jours nos parents qui comptent bien désormais tirer les marrons du feu. De toute évidence, ils ne sont pas à la tête de l’écrasement des travailleurs futurs, mais ils sont les alliés parfaits de cette main mise sur les existences à venir. Ces travailleurs n’auront sans doute pas droit aux petites histoires racontées par Maman Bachelot, on n’aura pas les yeux mouillés de l’avoir entendue dans les salles de pause des hôpitaux, on ne se mouchera pas de chagrin dans les vestiaires des usines, on ne se consolera pas de ses récits dans les salles des profs, on ne sèchera pas ses larmes dans les casernes, parce que ce gouvernement a mieux à faire en venant au chevet d’une vingtaine de gosses gâtés, qui pensent que l’héroïsme se monnaie. Et on comprend ce gouvernement : finalement, ces gamins là sont leurs rejetons les plus fidèles, on ne saurait mieux ressembler à la génération qui les éduqua entraina. Pensez donc : ils mordent même les mains qui les nourrissent, si c’est pas une réussite, ça !

On peut craindre pour les sites de paris en ligne quelques dégâts collatéraux dans la défaite un peu prématurée des français au mondial de foot, mais on peut leur suggérer d’autres genre de paris : combien de temps notre gouvernement parviendra t-il à surfer sur cette défaite pour dresser devant les scandales qu’il multiplie un écran de fumée empêchant qu’on le mette devant ses propres responsabilités ? Les paris sont ouverts… Une aide pour les esprits joueurs : aujourd’hui même, l’équipe de France de football fut la principale question abordée à l’assemblée nationale. Mme Bachelot, revenue plus rapidement que l’équipe elle-même (combien a bien pu coûter sa petite séquence de coaching maternel ?) a pu y faire toute la bonne impression qu’elle a besoin de produire. Il faut dire que tant qu’elle endosse ce joli rôle d’indignée professionnelle, on parle moins de l’inquiétude qu’on peut avoir à discerner dans son sillage, la suivant comme son ombre professionnelle, son propre fil, Pierre Bachelot (à ne pas confondre avec Pierre Bachelet, qui n’est plus de ce monde et que la taille devait rendre incapable de devenir l’ombre de qui que ce soit (et ce même dans la pénombre blafarde des corons)), qu’elle semble nommer opportunément partout où c’est possible (et sans doute rentable). Sur ce point, qui pourrait soulever chez Mme Bachelot tout plein d’élans d’indignation si elle n’était pas la première concernée, je n’ai lu de sa part aucune explication. Il faut dire qu’elle semble avoir mieux à faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *