Skip to content

Suivez mon panache blanc

On ne peut que difficilement reprocher aux journalistes de ne pas rester, caméra à l’épaule, aux pieds des quatre réacteurs de Fukushima Daiichi. On ne souhaite évidemment de mal à personne, mais on aimerait bien que chaque « expert » intervenant depuis trois jours dans les medias en affirmant que tout ceci n’est pas si grave que ça s’engage à aller planter la tente dans le parking une ou deux semaines, histoire d’engager un tout petit peu sa responsabilité (on aimerait en particulier que ce type de contrainte pèse sur les gouvernements, sur les porte-parole, sur les ingénieurs mais aussi sur les actionnaires de ces entreprises, dont on aimerait bien savoir combien, au Japon par exemple, prennent en ce moment des billets d’avion pour fuir, au cas où, billets payés grâce aux retours sur investissements de ces placements bien gérés (c’est à dire gérés conformément aux intérêts de ceux qui en tirent bénéfice, pas de ceux qui paient chaque mois leur facture électrique)), mais le fait est que nous manquons d’images (et oui, nous sommes un peu comme ça : on est curieux de voir, non seulement parce qu’on est atteint d’une méchante pulsion scopique, mais aussi parce que le téléspectateur moyen sait que ce qu’il y a à voir n’a en soi le plus souvent aucune importance, mais que c’est le simple fait qu’on ne cache pas le théâtre des opérations qui constitue une information parfois suffisante).

Il y a néanmoins une sorte de meurtrière ouverte sur le site de la centrale radieuse : sur le site de Tepco, on trouve une image parfois réactualisée du Power Plant sur lequel tous les regards sont braqués, sans qu’on puisse rien y voir. Evidemment, le fait que ce soit l’exploitant qui diffuse les images laisse sceptique, le site précise que la diffusion pourrait s’arrêter à tout moment. Mais justement, si l’image n’a en elle même que peu d’intérêt (il y a un nuage, certes, bon, voila), son éventuelle disparition constituera en revanche une information importante.

Voici le lien du site de la caméra, traduit via Google (je ne sais pas pour vous, mais j’ai décidément du mal avec la lecture du japonais, bien qu’à force de regarder les schémas décrivant les processus à l’oeuvre dans une centrale nucléaire sur la NHK, je crois avoir repéré l’idéogramme associé au concept d' »eau ») : http://www.tepco.co.jp/nu/f1-np/camera/index-j.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *