« We can rebuild it, we have the technology »

In "CE QUI SE PASSE", MIND STORM
Scroll this

Alors qu’on évacue le personnel de la centrale de Fukushima (évidemment, on se dit que, déjà, ça marchait pas très bien avec le personnel, on se demande comment ça va marcher sans), il est peut être temps qde se porter volontaire pour les remplacer, ou qu’on envoie nos chômeurs en fin de droits remplacer sur le tas ceux qui se sont déjà pris un peu trop de pastilles d’iode pour ne pas se transformer, illico presto, en halogène géant, ou bien encore qu’on déroute discrètement les barques de fortune qui quittent la rive sud de la Méditerranée et qu’on semble peu désirer voir accoster sur la rive nord en générale, et à Lampedusa en particulier (Chantal Brunel semble manquer d’imagination ces derniers jours, on est content de lui donner un coup de main), pour les embaucher directement sur le quai de la centrale, avec combinaisons de bienvenue, courbettes de reconnaissance et fanfare à la gloire des valeureux travailleurs immigrés.

Mais, tant pour les intermittents du spectacle nucléaire que pour ceux qui regardent cette nuit la chaine NHK diffuser la conférence de presse sidérante de Tepco, sous la forme d’une brochette de quatre techniciens qui s’excusent platement pour le dérangement en regardant leurs pieds (ok ok, les codes culturels ne sont peut être pas les mêmes, mais franchement, il n’y a pas des centaines de manières différentes de transpirer la panique à bord, et ces quatre types ressemblent énormément à des collégiens qu’on aurait surpris en flagrant délit de falsification de leur carnet de notes (même Carlos Ghosn avait l’air mieux dans ses baskets aujourd’hui quand il venait renoncer à ses bonus (le pauvre) et présenter ses excuses devant tout le monde (et pourtant, il a pas l’air d’être exactement du genre à s’excuser facilement))), il pourrait être utile de suivre une formation rapide de fonctionnement d’une centrale nucléaire.

J’ai eu beau chercher sur les sites français, on ne trouve vraiment pas grand chose (pourtant, c’est pas faute d’envoyer nos ministres de l’industrie, de l’environnement, un employé d’Areva à la retraite (qui se considère comme indépendant, et qu’on imagine donc tout à fait bénévole (on imagine…) dans tous les medias que compte la mediasphère pour nous convaincre que non non, ce qui se passe au Japon n’est pas dangereux, et de toutes façons, ça n’arriverait pas chez nous (à tel point que ce soir, Anne Lauvergeon, sans doute plus soucieuse des 10% de chute de l’action Areva que de l’inquiétude des populations environnantes, se fendait elle même d’une intervention télévisée au cours de laquelle elle réussissait l’exploit d’affirmer que les centrales françaises sont trop sécurisées)). Mais heureusement, les USA sont là pour nous éduquer.

Ainsi, heureux aspirants petits physiciens, soyez ravis, on vous a trouvé un pdf qui vous dit tout des mystères de la vie intérieure d’un réacteur atomique à eau bouillante. Ce document sur l’écran de l’ordinateur en parallèle de la télévision branchée sur la version anglaise de NHK (assez amusante, si on fait abstraction des sujets abordés ces jours ci, puisque les traductrices semblent avoir cessé l’apprentissage de l’anglais à la fin de la 6ème) permet simultanément de mieux situer dans l’espace où se trouvent des éléments aussi nécessaires (et dysfonctionnant, en l’occurrence) qu’un condenseur, qu’une chambre de suppression ou une enceinte de confinement, qu’on découvrira sur des graphiques dignes des planches éducatives de notre enfance, tout beaux tout neufs avant de les découvrir tout branlés sur les images distillées par NHK.

Voici l’adresse, nul doute qu’après avoir avalé les 18 pages du document, vous prendrez un aller simple pour Tokyo pour sauver le peuple japonais l’industrie nucléaire : http://www.nrc.gov/reading-rm/basic-ref/teachers/03.pdf

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *