Skip to content

A bout de souffle

Dans un moment de faiblesse, la complaisance est une option.

Parfois, on aime ce qu’on aurait honte de faire, à tel point qu’on est à deux doigts d’avoir honte de l’aimer. Une diction qui n’en peut plus, un débit qui ne laisse plus le temps de placer ce qui se dit quelque part sur l’échelle du n’importe quoi, une inspiration qui vient comme elle vient, qui coule comme se vide le cumulus quand on ouvre grand le robinet ; ou la chasse. Post Vacuum, animal triste.

Un moment de fatigue, une zone de turbulences, un faux mouvement dans le grand bain et un geste réflexe, attraper la première perche tendue, et tant pis si elle est aux mains d’un agité ; on ne sait plus très bien distinguer entre l’agilité et l’agitation. Peut-être que dans les moments d’égarements, on préfère que quelque chose d’autre que soi même témoigne de sa propre errance convulsive, de ses propres atermoiements compulsifs. Tant qu’à être largué, autant demander sa route à ceux qui déversent un flot de parole ininterrompu, qui navigue à vue, fonce dans le brouillard ; après tout, peu importe.

Quelques bornes auxquelles se raccrocher quand même, histoire de se rassurer, de se dire qu’on ne sombre pas dans le n’importe quoi. Une virée dans Paris, la nuit, et une tonalité générale qui, bien que manquant totalement d’apaisement (mais il y a parfois plus d’apaisement à voir que d’autres sont encore plus affolés que soi par la quête de quiétude, que dans l’apaisement lui-même), rappelle un Jean-François Cohen perché tout en haut de sa Tour de Pise, une diction qui rappelle la voix qui chez , Jean Bart, mettait en boucle les mots chipés chez Truffaut «la vie est faite de morceaux qui ne se joignent pas ». Au-delà, c’est Saez, en deçà, c’est Raphael. Charybde et Scylla. Une réminiscence d’un temps où on n’avait aucune réticence à suivre les excès tous azimuts de Taxi Girl chiant sur Paris, crachant son sang sur le public dans un désespoir de pacotille (mais c’était les années 80, et pacotille contre pacotille, monnaie de singe politique, prenant-prenant, on n’était pas bien vieux, mais il n’y a pas plus doué que l’adolescence pour discerner les hypocrisies, les arrangements ;  et les exaltés enragés de ces années là vomissaient à l’avance notre présent. Mais entre temps, on s’y est fait, au goût de la bile), parce qu’il y a des âges où on ne se regarde pas encore faire ; et malgré les conseils qu’on donne à longueur de journées, c’est peut-être tout un art, brut, d’y parvenir.

Pour la petite histoire, de Fauve, on semble n’avoir que des apparitions fugitives. Mais ainsi sont les fauves. Au compteur, un album déjà, Clocks’n’clouds, en 2011. Et des clips à droite à gauche sur la toile, illustrant des chansons parfois plus apaisées, mais aussi essouflées que celle qui est partagée ici.

2 Replies to “A bout de souffle”

  1. M’enfin jkrsb, avant d’être chipés chez Truffaut, les mots « la vie est faite de morceaux qui ne se joignent pas (mademoiselle Brown) » l’ont été chez Henri-Pierre Roché. Voilà ce qui arrive quand on préfère donner dans l’éducation populaire (avant et) après son CAPES, au lieu de préparer l’agrégation…

    Ne pas lire les lignes précédentes comme un reproche ou une critique, mais comme une moquerie très affectueuse.

  2. Je le savais, que je le paierais un jour !

    Pour le reste, le pire, c’est que cette leçon a propos des origines de cette phrase, tu me l’avais déjà donnée, et manifestement, j’ai cru bon de l’oublier aussitôt ! Du point de vue des concours, je suis mauvais prof, mais je suis aussi mauvais élève !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *