Skip to content

Basse résolution

Il est probable que, si on réitère chaque année les voeux et les résolutions, c’est parce que l’année précédente a été, au regard des voeux et résolutions prononcés 365 jours plus tôt, décevante. Ainsi, nous formulons chaque année le voeu de ne pas revivre l’année qu’on vient de vivre, et aucune autre parmi celles qu’on avait vécues auparavant. Nos voeux n’exprime que l’impuissance de notre volonté, nos résolutions notre manque de résolution. 

Autant dire que nous désobéissons allègrement au commandement Nietzschéen qu’il interprétait sous la forme de l’Eternel retour : nous devrions vivre de manière à ce point volontaire, qu’on devrait être en mesure de vouloir revivre éternellement ce qu’on a vécu. Si on peut dire « oui » au retour à l’identique de ce qu’on vit, c’est qu’on vit conformément à sa volonté. Sinon, c’est qu’on passé à côté de sa propre vie, qu’on se résigne à en vivre une autre, plus convenue, mais moins heureuse aussi; prions pour qu’à la fin, on n’ait pas le temps de s’en rendre compte. 

Edouard Baer a réussi, pour ces voeux 2017, à ramener son auditoire à la vanité de voeux qui ambitionneraient de valoir pour une année entière, pour s’effondrer dès le 3 du mois de janvier. Gardons la mesure des choses : on ne peut pas vouloir maintenant pour les 360 jours et des poussières qui viennent. On ne peut vouloir, à la rigueur, que pour aujourd’hui. Se lever et ambitionner quelque chose pour la journée, c’est envisageable. Au-delà, c’est de la prétention et du storytelling personnel.

Evidemment, comme Edouard Baer est très fort, il réussit à se propulser jusqu’au cap horn de la sensibilité, avant de conclure en changeant immédiatement de tonalité. On peut relire le Paradoxe du comédien de Diderot pour savoir quoi penser de ce genre de performance. Il sait ce qu’il fait, il nous mène précisément là où il le veut. 

Accessoirement, on se dit qu’en terme d’Eternel retour, Edouard Baer sur Radio Nova, c’est très exactement ce qu’on veut, et on peut se féliciter que l’univers sache, parfois, être conforme à notre volonté, car c’est là la définition du bonheur. 

Manquerait plus qu’Actuel ressorte, ce qui semble t-il ne saurait plus tarder. 

Elle est pas belle la vie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *