Revanche

In "CE QUI SE PASSE", MIND STORM, PAGES, PROTEIFORM
Scroll this

Puisqu’il est de moins en moins possible d’avoir les élèves en classe, puisque nous avons décidé de ne plus nous y trouver non plus pour aller là où ils sont, c’est à dire la rue, ce lieu bien plus républicain que ne peut l’être un Arc de Triomphe, autant continuer le cours par cet autre moyen, et partager encore quelques ressources. 

Ainsi, ce court texte de Peter Sloterdijk, passionnant philosophe allemand contemporain, tiré de son livre Colère et temps. Nous parlions hier même en classe de la difficulté qu’il peut y avoir, pour un jeune nourri aux multiples incitations à l’egocentrisme, à développer le sens de l’intérêt commun. Sloterdijk propose une analyse voisine de celle que nous construisions en cours : pour lui, la figure du perdant est inhérente à notre culture, et donc à la forme de nos relations interpersonnelles, à nos formes politiques, institutionnelles, à la structure du monde du travail, aux échanges économiques, etc. Or personne ne peut se faire à soi-même en se considérant comme perdant, et un monde régi par cette loi est un monde qui monte chacun contre chacun, frustre l’écrasante majorité, flatte la petite minorité, provoque des comportements mêlés de haine et de contemplation idolâtre, et mène en somme à la violence. 

Voici : 

« Le Vieux Monde connaissait les esclaves et les serfs – ils étaient les vecteurs de la conscience malheureuse de leur temps. Les temps modernes ont inventé le perdant. Ce personnage, que l’on rencontre à mi-chemin entre les exploités d’hier et les superflus d’aujourd’hui et de demain est la figure incomprise dans les jeux de pouvoir des démocraties. Tous les perdants ne se laissent pas tranquilliser par l’indication du fait que leur statut correspond à leur placement dans une compétition. Beaucoup répliqueront qu’ils n’ont jamais eu la moindre chance de participer au jeu et de se placer ensuite. Leurs rancœurs ne se tournent pas seulement contre les vainqueurs, mais aussi contre les règles du jeu. Que le perdant qui perd trop souvent remette en cause le jeu de manière violente est une option. »

 

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *