Taio, taio, chassons le naturel derechef !

In "CE QUI SE PASSE", MIND STORM, PROPAGANDA
Scroll this

Sortez les chiens, décrottez les bottes, remplissez les musettes, histoire d’avoir de quoi casser la croûte, sauciflard et gros rouge qui tâche sur le coup de 11h, sur la capot de la cx garée dans un chemin boueux.

Ouais ouais, je vous vois d’ici prétexter que vous êtes pas très « chasse ».

Mais quand on a un tel naturel qui court librement par monts et par vaux, faut pas le louper. Heureusement, posté en embuscade, je surveille les déplacements du bestiau, et je mets à jour mes observation de l’écosystème local.

Ainsi, le naturel est revenu hier, à un galop digne des meilleurs canassons.

Lionnel Luca. Vous voyez en gros qui c’est ? Bronzage carotène, indignations un peu téléphonées, bon sens près d’chez vous, le genre de député que les journalistes doivent considérer comme un « bon client », le genre qui déçoit pas, qui a toujours le bon mot pour meubler un JT un peu mou du g’nou.

Lionnel Luca, hier, était indigné par le fait qu’on soit indigné (oui, ces temps ci, à l’UMP, on est obligé de pratiquer l’indignation au carré pour éviter que l’opinion publique n’ait l’idée d’aller mettre le nez dans les petits arrangements avec la morale; et jouer les outrés sur des sujets choisis permet d’encadrer autant que faire se peut l’outrage dont le peuple pourrait lui même se sentire victime) par l’expulsion des clandestins afghans vers leur pays d’origine. Ce qui choque Luca, c’est qu’on s’émeuve de leur sort alors qu’on est indifférent à celui de nos chers soldats qui se battent pour la liberté des afghans (Dieu des armées, si vous existez, faites qu’on ne juge jamais les militaires français sur leurs résultats, parce qu’il n’est pas certain que l’objectif, si c’est la liberté, soit jamais atteint ).

Avant de passer au coeur de la déclaration toute naturelle de notre client du jour, rappelons lui une donnée simple : chaque mort parmi les militaires français fait l’objet 775075_lionnel-luca-lors-d-une-seance-a-l-assemblee-nationale-avec-un-drapeau-tibetain-dans-la-maind’une couverture médiatique importante. Une telle couverture qu’on ne peut s’empêcher de penser que, heureusement, le JT de 20h n’existait pas en 14-18, parce qu’on aurait eu du mal à couvrir les pertes dans les rangs français, et notre président aurait pu réciter la messe par coeur à force d’assister aux enterrements. On laissera à notre député un bénéfice du doute, en pariant que nos hommes sont bien motivés par la liberté des afghans, et pas par les primes intéressantes qu’ils touchent dans ce genre de mission. Bref.

Le sommet de l’intervention de Luca, c’est le moment où il décrit l’attitude des afghans. En effet, la manière dont il exprime le regard qu’il porte sur les clandestins renvoyés « chez eux » est la suivante : « Si ils étaient des hommes », ils se battraient pour la liberté dans leur propre pays. Passons sur le petit côté, « je suis dans mon fauteuil à l’assemblée et je donne des leçons de courage à tout le monde, en m’identifiant, bien sûr, aux soldats dont j’ai voté l’envoi sur le « terrain », comme si j’y étais moi même, finalement, et en prenant les victimes des heurts afghans de haut ».

Ainsi donc, si on ne se bat pas tel que Lionnel Luca le fait dans ses rêves les plus fous (parce qu’on se suppose qu’il ne se place pas, lui, dans cette partie de la taxinomie grâce à laquelle il classe les êtres vivants, en dehors de l’humanité, préférant laisser à d’autres cette distinction), si on n’est pas, comme lui, un de ces preux chevaliers qui, arme au poing, fendent la bise pour sauver leur pays, on n’est pas un homme. Au moins cela a t il l’intérêt de dire clairement pourquoi on n’en veut pas, de ceux qu’on renvoie « chez eux » : c’est simplement qu’ils ne sont pas humains, pas autant que nous le sommes, nous, et que la pureté nationale serait à ce point mise en danger qu’on préfère dépenser sans compter en protection sur place (qui durera ce que durera l’intérêt médiatique pour eux, et on ferait bien de ne pas oublier que l’intérêt médiatique n’est rien de plus que l’intérêt nous mêmes portons à « ce qui se passe », et les annonces du genre de celles qu’a faite Luca ne sont rien d’autre que des tests de l’opinion publique, test par ailleur réussi : personne ne reprend la déclaration pourtant diffusée dans plusieurs medias audiovisuels; c’est avec ce genre d’apathie généralisée qu’Eric Besson, quand on l’interroge sur le caractère tout de même simplement immoral et inhumain de ces renvois au pays d’origine, peut se croire fondé à penser qu’il a le soutien du peuple (et il rajoute que, sur cette question, ce n’est pas rien, le peuple, oubliant juste une chose : il n’a pas été élu, et il n’a été choisi pour faire ce qu’il fait que pour une seule raison : il a par le passé montré à quel point il était capable de trahir, et que pour faire le job qu’il fait, il faut avoir fait trahison première langue; reformulons donc sa pensée : ce n’est pas que le peuple soit d’accord avec ces expulsions, c’est qu’au delà de la petite émotion que ça lui provoque en plein dîner, il n’en a simplement rien à foutre; le gouvernement le sait bien, et en tire un avantage non négligeable), en hôtels, en subvention pour le retour « au pays », plutôt que de placer tout ce fric sur leur intégration en France. C’est que, vraiment, on doit pas en vouloir de ces gens là (rassurons nous, dans la rhétorique telle qu’elle se pratique désormais, avec toute la décomplexion qui va bien au teint de ceux qui abusent un peu des ultra violets, j’emploie le mots « gens » comme on pourrait dire « specimen », pas forcément dans un sens humain, puisque Luca nous l’a fait comprendre : tous les hommes ne sont pas également humains).

Sonnez cors de chasse et clairons, la chasse est ouverte.

J’espère que tout le monde a chargé son fusil, ça serait bête de laisser passer de telles belles bêtes quand on a comme ça un beau naturel qui revient tel un cheval galopant, auquel on aurait lâché la bride. Ce serait bête de laisser passer ça, et pourtant, pour le moment, aucune reprise de la petite phrase dans les media. Quand on pense qu’ils sont censés oeuvrer contre la majorité présidentielle… … mais vous savez ce qu’on dit des paranoïaques : même eux peuvent avoir des ennemis…

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *